2. En compétition

62476520vaz-niva-86Il serait impossible de dissocier le succès commercial phénoménal du 4×4 russe de la partie compétition qu’elle a connue et qu’elle connaît encore.

L’engagement de la Niva en compétition fut immédiat. Cela, grâce au dynamisme de l’importateur de véhicules Avto VAZ en France, les établissements Poch installé à Argenteuil (95), et plus particulièrement à son représentant, Jean-Jacques Poch.

Passionné à tel point que l’on le retrouvera en tan que copilote aux côtés de Jacky Ickx lors des éditions 1987 et 1988 du rallye des Pharaons.

En 1979, juste un an après son lancement, la Niva est engagée en compétition, tout particulièrement dans l’épreuve qui va devenir la plus connue en rallyes raids, le « Paris Dakar ». Il faudra attendre un an pour que les établissements Poch engagent officiellement des Niva, qui le doivent bien au pilot belge Jean-Claude Briavoine et à son fils Eric, tout comme à André Trossat.

A partir de ce second Dakar les Nivas seront équipées de que de moteurs 1.800 cm3 préparés par Strakit, jusqu’en 1983 où apparaîtront les moteurs Maurelec de 240ch préparés par Marcel Morel. La Niva-Course bénéficiera également d’une caisse rallongée, renforcée et allégée, avec l’apport déléments ouvrants en polyester. La suspension quant à elle possède deux amortisseurs « De Carbon » par roue.

En 1985, Jean-Pierre Jabouille décide de créer un prototype avec son ami Jean-Claude Guénard, il roulera avec comme copilote Michel Sardou.

Il y aura en tout trois équipes non-officielles engagées. Elles seront sponsorisées par VSD et Pastis 51, équipées de V6 PR.V. Central. Les Nivas – pardon, les Pastis (leur petit nom… – prendront le départ, mais abandonneront très vite amortisseurs cassés (voir rubrique « L’aventure malheureuse des Pastis en 1985).

Si l’on veut vraiment voir une Niva performante en compétition, il faut attendre 1986, mais surtout 1987 et 1988, années des protos usines officiels : de Gérard Marcy, Pierre Lartigue et Jacky Ickx pour 1987, puis Jean-Pierre Jaussaud et toujours Icks en 1988.
De touts les pilotes, le Niçois à lui seul remportera cinq épreuves du type rallye de Tunisie, rallye d’Algérie ou rallye d’Atlas, mais aussi la Baja Montes Blancos.

Ensuite, en 1990, arriveront les fameux T3, les « Samaras ».

A l’unanimité, la Niva VAZ reste le 4×4 du siècle.

Jean-Jacques Poch : « C’était le premier véritable tout terrain qui plus est bon marché robuste, avant il n’existait que des véhicules militaires trop lourdes. »

Image de prévisualisation YouTube